Chronique de l’Esprit Critique ou du Manque d’Esprit Critique

 

 

 Ó

 

Sur son site dans un logo, www.skeptic.com s’est amusé à imiter, les « crop circles »,

ces faux sites d’atterrissage d’OVNI, de Cornouaille (un article y consacré sur ce site : http://skepdic.com/cropcirc.html ).

 

 

1      Introduction. 1

2      Chronique du manque d’esprit critique. 3

3      "Pseudonovibos spiralis": le boeuf sauvage était un canular (15/12/2000) 3

4      Un gourou est condamné à trois ans de prison avec sursis en vertu de la loi About-Picard (26/11/2004) 3

5      Un coque-monsieur rassis monté aux enchères jusqu’à 28000 $ (25/11/04) 3

6      News du Feng Shui (25/11/04 …) 4

7      Un cubain frappé par la foudre 5 fois. 4

8      Homéopathie : un fondement scientifique contesté (déc. 2004) 4

9      Faux suicide, par « gobage » de pochette de silicone, de 147 adolescentes japonais (29/11/04) 5

10        Décapitation de Nick Berg, Les médias anglo-saxons abusés par un homme de 22 ans (13/08/04) 5

11        La betterave d'or, du rédacteur le plus bête ou « par Issy-la-Rumeur ». 6

12        le problème des comités de lecture des éditeurs d’ouvrages scientifiques (déc. 2004 …) 6

13        L’encyclopédie libre Wikipédia (5/12/04) 7

 

Note : si l’introduction vous paraît trop longue, passer au chapitre suivant.

 

Page créée le dimanche 12 décembre 2004.

1         Introduction

 

Mettre en garde les personnes contre les escroqueries, les rumeurs, les mystifications, les affabulations éviterait à bon nombre de personnes bien des surprises douloureuses, des pièges et des égarements.

 

Pourtant malgré les mises en gardes dans les médias, combien de personnes, souvent vulnérables, se font abuser  (voir l’émission « Sans aucun doute », sur TF1, une chronique parfois dramatique des abus de confiances).

 

La prudence et le doute envers toutes informations devraient être le mode de fonctionnement habituel de notre esprit, nous conduisant constamment à en savoir plus, à investiguer, à vérifier, à en savoir plus, à ne pas ou jamais croire pour argent comptant. Dans la plupart des cas, un vœux pieux.

 

Notre monde peut être fortement trompeur. Notre esprit critique peut justement nous empêcher de nous faire « avoir ». Elle peut renforcer notre « capacité de survie » face aux illusions et séductions en tout genre.

 

Même face à une information anodine y compris commerciale, on se devrait d’être vigilant (sans que cela soit pour autant une forme de raisonnement excessif ou une forme de paranoïa).

Des annonces très (trop) belles ou extraordinaires devraient nous mettre la puce à l’oreille, telles :

 

 

En général, on peut s’attendre alors à des « compensations », des conditions particulières précisées plus tard, des frais de dossiers, frais complémentaires, souscription à une 2° formule, doublement des mensualités après 3 mois … les vrais miracles restant fort rares « ici-bas » et le « Bureau de Vérification de la Publicité » ne pouvant être partout.

 

L’Internet est puissant outil de propagation des rumeurs ou des canulars (hoax) [3], obligeant à la vigilance ...

 

Sur Internet, on trouve (de) tout aussi : des informations exactes, des informations non vérifiées, et des informations fausses. Il faut encore aussi faire le tri, du vrai et du faux.

 

Malheureusement, l’esprit critique n’est le plus souvent pas enseigné à l’école, ni en cours de « philosophie », ni en « esprit civique », ni dans le domaine des sciences « pures » etc ….  Lorsqu’on enseigne la théorie « relativité restreinte » d’Einstein, on n’enseigne jamais le contexte dans lequel cette théorie est parue et quelles sont les expériences scientifiques l’ayant validée. Bref, un élève pourrait croire, qu’un beau matin, cette théorie est tombée du ciel. En général, l’éducation nationale enseigne des contenus, mais non des méthode d’analyse et ni le doute … (ni même d’ailleurs au niveau des études supérieures, dans le cadre des études de médecine, d’ingénieur …).

 

Certain diront que l’enfant ou l’adolescent, avant la 2° ou la terminale, n’est pas assez mûr, pour l’enseignement de l’esprit critique. Mais c’est, à mon avis, justement cet enseignement, qui accélère sa maturité.

 

L’esprit critique est basée sur des connaissances (sur une culture générale aussi étendue que possible) et des méthodes (dont la « zététique » ou « doute rationnel », encore la « méthode scientifique »).

 

Sans connaissance, sans méthode d’investigation et de vérification, on peut affirmer des faits faux en toute bonne foi (« l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions »). Ce faux peut lui-même provenir d’une personne prêchant volontairement le faux.

 

L’esprit critique surtout tourné envers nous-même [1] doit (ou devrait) justement conduire à remettre en cause nos propres préjugés, à trouver leur provenance et à distinguer le vrai du faux extérieur.

 

Sinon, dans les écoles, il serait aussi important d’enseigner l’histoire et la doctrine comparées des religions, dans une optique critique et prudente, afin de protéger les enfants et élèves du fanatisme.

 

Il faut aussi enseigner la vigilance face au « relativisme philosophique » (+), c’est à dire l’affirmation de l’équivalence des doctrines et des concepts scientifiques entre eux, ou l’affirmation que tout le monde a raison. Dans cet optique, le créationnisme serait aussi valable que l’évolutionisme, le point de vue d’Elisabeth Teissier serait aussi valable celui que Jean-Claude Pecker, sur l’Astrologie [2] …  un concept dangereux et pouvant conduire jusqu’à tolérer des doctrines aussi fausses que le nazisme (basé sur des conceptions génétiques totalement fausses) (++).

 

Sinon, « ce n’est pas que tout le monde croit à la même chose, et cela depuis des millénaires, qu’elle est nécessairement vraie ». On se doit d’être critique même envers les paradigmes dominants de notre société.

 

Le sceptique, parfois perçu comme le rabat-joie, est l’aiguillon pour prévenir la répétition de certains risques, de certains épisodes historiques.

 

Critiquer régulièrement des positions fausses n’est jamais aisé, demandant d’adapter sa réponse en fonction des cas. Le monde est complexe et cette réponse n’est pas toujours simple.

 

Succincte bibliographie :

 

[1] Remettre en cause ses propres préjugés, Michel Tauzi ??? (source à vérifier).

[2] « Farce à l'Université, A propos de la " thèse " de Madame Elizabeth Teissier », Découverte N° 291 Octobre 2001, Jean AUDOUZE, Directeur du Palais de la découverte, Denis SAVOIE, Chef du département astronomie - astrophysique du Palais de la découverte. http://pseudo-sciences.org/phpteissier/revpres3.htm

 [3] Légendes urbaines : Rumeurs d'aujourd'hui (31 janvier 2002)  de Véronique Campion-Vincent, Jean-Bruno Renard -- Poche, Petite bibliothèque Payot, 435 pages.

[4] De source sûre : Nouvelles rumeurs d'aujourd'hui de Véronique Campion-Vincent, Jean-Bruno Renard

Payot (5 septembre 2002), collection essais.

[5] Rumeurs de Jean-Noël Kapferer,  Seuil (6 février 1997), Collection : Points, 356 pages.

[6] Jacques Bouveresse : "Prodiges et vertiges de l'analogie" (Editions Raisons d'agir - diffusion Le Seuil, octobre 1999, 158 pages, 30 francs), dont on trouve des extraits sur le Web :

http://www.ge-dip.etat-ge.ch/athena/bouveresse/bou_pens.html 

http://www.peccatte.net/SBPresse/LeMondeEducJB.html

 

2         Chronique du manque d’esprit critique

 

3         "Pseudonovibos spiralis": le boeuf sauvage était un canular (15/12/2000)

 

Personne ne l'avait jamais vu mais beaucoup de scientifiques croyaient à l'existence de cet énigmatique boeuf sauvage aux cornes annelées, censé rôder dans les fins fonds des forêts d'Indochine. Selon une équipe de chercheurs français (1), ce grand mammifère était le fruit d’une "extraordinaire imposture".

(1) le naturaliste Arnoult Seveau, de la Société zoologique de Paris, à l'origine de ce revirement, Herbert Thomas, paléontologue et grand spécialiste de l'anatomie des bovidés au Collège de France, et le biochimiste Alexandre Hassanin, de l'Université Paris-VI


En 1993, deux chercheurs allemands examinent des cornes en forme de lyre, récoltées au Vietnam, d’une créature connue comme "Linh Duong" (chèvre des montagnes). L'année suivante, ils annoncent l’existence d'un nouveau bovidé qu'ils nomment "Pseudonovibos spiralis". En 1996, l'animal est inscrit par l'Union internationale de la conservation de la nature (UICN) parmi les espèces menacées. Une affiche publiée par le ministère cambodgien de l'Environnement, aidé par le Fonds mondial pour la nature (WWF), le fait découvrir, sous forme de dessin. En 1999, Arnoult Seveau rendre bredouille de sa quête de l’animal vivant, nommé "Khting Vor" au Cambodge, après avoir parcourt 10000 km, dans les régions les plus reculées de ce pays.
A son retour, Arnoult Seveau tombe sur quatre trophées rapportés dès 1925 d'Indochine par un colon français. Des moulages sont effectués pour prouver la correspondance entre les os frontaux et les étuis cornés. Herbert Thomas et lui constatent que "les anneaux réguliers des cornes ne peuvent être naturels … le moulage interne fait ressortir un pincement des cornes, qui a dû être provoqué lorsqu'on les a tordues, probablement à chaud, pour ramollir la kératine … Sans ambiguïté, ces cornes sont sculptées et totalement factices." L'examen de l'ADN des os frontaux confirme le diagnostic: le crâne provient... de simples vaches.

Source : Agence France Presse, le 15 Décembre 2000 et http://perso.wanadoo.fr/patrick.guenin/cantho/page/info00.htm

 

4         Un gourou condamné à trois ans de prison avec sursis en vertu de la loi About-Picard (26/11/2004)

Arnaud Mussy, 38 ans, gourou de la secte Néo-Phare, affirmait qu'il était le Christ et prédisait l'Apocalypse à plusieurs reprises en 2002. Influencé, Jérémie Trossais, 29 ans, un adepte de la secte s'est suicidé le 14 juillet 2002.

Sa famille, aidée par l'Association de défense de la famille et des individus (Adfi), a alors attaqué le gourou

Arnaud Mussy a été condamné _une 1ère dans la lutte anti-secte _, le 25/11/04, à trois ans d'emprisonnement avec sursis accompagnés d'une mise à l'épreuve par le tribunal correctionnel de Nantes et à verser 83 661 euros aux différents membres de la famille Trossais au titre du préjudice moral, auxquels s'ajoutent 10 661 euros pour la veuve de Jérémie.

Il était poursuivi pour avoir "abusé frauduleusement de l'état d'ignorance et de faiblesse de plusieurs personnes en état de sujétion physique et psychologique", une disposition prévue par la loi About-Picard du 12 juin 2001 contre les sectes.
Source :

http://www.metrofrance.com/site/home.php?sec=contenu&Idarbo=21&Idarbo1=6&content=1&id=43783&resec=liste_complete&vi=

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

5         Un coque-monsieur rassis monté aux enchères jusqu’à 28000 $ (25/11/04)

 

Diana Duyser, habitante de Floride, s’apprêtait, selon elle, à avaler un croque-monsieur rassis vieux de 10 ans, lorsqu’elle discerne, incrusté dans la mie, le visage de la Vierge. Après avoir gagné 70 000 $US au casino, elle en déduit alors que le sandwich porte bonheur. Voulant selon ses déclaration « le partager avec le monde », en le propose aux enchères sur eBay, le site d’enchères par Internet. Mis à prix 3000 €, le croque-monsieur est monté jusqu’à 28000 $.

Une foule de plaisantins proposent maintenant des saucisses divines à l’effigie de Bush et … des côtelettes de porc avec le visage d’Ariel Sharon.

Source : Le Point du 25/11/04

 

 

6         News du Feng Shui (25/11/04 …)

 

1) Les bâtiments olympiques des JO 2008, à Pékin, auraient été construits sur les principes Feng Shui.

Source : Journal 20’, vers le 25/11/04.

 

2) Article « Améliorer sa vie avec le feng shui » : préconisation de l’ouvrage  « Le Feng Shui pour les Nuls » de David D. Kennedy (19/2/04), parue dans les pages du journal Métro :  http://www.metrofrance.com/site/home.php?sec=contenu&Idarbo=22&Idarbo1=32&content=1&id=25802&resec=rechart&vi=&com=0&mots=Feng%20Shui

 

7         Un cubain frappé par la foudre 5 fois

 

Un Cubain a rapporté avoir été frappé par la foudre pour la cinquième fois au cours des 22 dernières années.

Selon le journal « Terra Noticias Populares », un quotidien brésilien, un fermier de San Manuel, Jorge Marques aurait été frappé par la foudre, cinq fois, au cours des 22 dernières années. Il se dit maudit par un mauvais sort et affirme que la foudre lui court après. La 1ère fois ou la foudre l’a frappé, ses cheveux auraient brûlé et tous ses plombages auraient explosé dans sa bouche.
La dernière fois, Marquez dit avoir voulu minimiser les dommages en s’agrippant à une pièce de caoutchouc dès qu’il a commencé à pleuvoir. « A partir de maintenant, je ne me fierai plus sur la chance. Dès qu’il commence à pleuvoir, je m’agrippe à un objet non conducteur d’électricité. Je ne veux pas vivre ça une sixième fois ! ».

 

Commentaire : Cette information du journal à sensation brésilien « Terra Noticias Populares » (+) semble peu vraisemblable, ne serait-ce par les graves dégâts physiologiques, neurologiques, voire les handicaps et les paralysies motrices, dont aurait du à souffrir cette personne, par la suite.

Source : AgenceNews  Le 10 octobre 2004 - 16:16    http://www.matin.qc.ca/divers.php?article=20041010161140

(°) titre dont la traduction approximative serait « Terre Nouvelles Populaires ».

8         Homéopathie : un fondement scientifique contesté (déc. 2004)

 

Commentaire : cet article traite indirectement d’esprit critique concernant l’homéopathie.

 

Pour les sages de l'Académie nationale de médecine, les préparations homéopathiques ne correspondent «en rien à la définition du médicament, ni dans leur nature, ni dans leur destination ». Il est vrai qu'elles apparaissent comme une "espèce" à part. En France, « contrairement aux médicaments allopathiques, elles n'ont pas besoin d'apporter la preuve de leur efficacité pour être remboursées par la Sécurité sociale, dénonce Jean-François Bergmann, vice-président de la Commission d'autorisation de mise sur le marché (AMM). Il faudrait aussi que la procédure d'AMM pour ces produits soit aussi rigoureuse que celles des autres médicaments, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui ». D'autres exigent plus encore qu'un alignement du régime de l'homéopathie sur celui des médicaments classiques. Ils mettent en cause sa validité scientifique même. « Aucun essai rigoureux publié n'a permis de reconnaître une efficacité préventive ou curative à un remède homéopathique », écrit la revue indépendante Prescrire.

 

Hormis des motifs scientifiques, ce sont aussi des raisons économiques qui motivent l'Académie de médecine. Ce, « dans une période où on dérembourse de nombreux médicaments classiques pour insuffisance du service médical rendu ». 10 millions de Français en consomment, 30 000 médecins en ordonnent. D'après Philippe Douste-Blazy, il n'y aurait guère d'économies à attendre au regard du budget de l'assurance maladie. Le remboursement de ces médicaments représenteraient 70 millions d'euros par an. « Une goutte d'eau dans les dépenses pharmaceutiques », selon le ministre qui redoute par ailleurs que les patients se tournent vers d'autres médicaments qui coûteront plus chers. Restent d'autres enjeux financiers et le poids des lobbies pharmaceutiques. Dans notre pays, l'homéopathie représente un secteur industriel important, qui emploierait plus de 2 000 personnes. Essentiellement via les laboratoires Boiron, la France assurerait un tiers de la production mondiale. Début 2005 la future Haute autorité de santé, instituée pour rendre des avis scientifiques notamment en matière d'évaluation du service rendu des actes, produits et prestations de santé, aura à se prononcer sur le bien-fondé ou non du remboursement de la médecine aux granules. A la future Union nationale des caisses d'assurance maladie ensuite de prendre une décision.

Pour information, les pays scandinaves, l'Autriche, la Hongrie, la République tchèque, l'Italie, la Grèce et l'Espagne ne la remboursent pas. En Allemagne, les produits d'homéopathie et de phytopharmacie, la plupart en vente libre, sont déremboursés depuis l'entrée en vigueur, début 2004, de la réforme de la santé. Déremboursement aussi aux Pays-Bas, même si sa prise en charge parmi des prestations complémentaires reste souvent proposée. Remboursement partiel en Belgique pour les membres de mutuelles ayant souscrit une assurance complémentaire. Le Royaume~Uni se distingue: l'homéopathie y est gratuite au sein du système public de santé. Famille royale ouvertement très favorable à son emploi.

Source : Valeurs mutualistes n° 234 nov./déc. 2004

 

9         Faux suicide, par absorption de pochettes de silicone, de 147 adolescentes japonais (29/11/04)

 

 

Sur le site de Xbox Mag, un chroniqueur japonais plaisantant, dans une brève potache, sur le report d'un jeu vidéo "Dead or Alive" (DoA), faisant référence à ses héroïnes virtuelles fortement « siliconées », écrit en mars 2004 :

 

 "147 otakus [ados japonais fans de jeux vidéo] se sont suicidés en gobant une poche de silicone pour protester contre le report [la sortie tardive du jeu vidéo] de Tecmo. … Il semble que Tecmo veuille peaufiner le code réseau du jeu pour qu'on n'ait pas à souffrir d'infâmes lags qui pourraient affecter le mouvement mammaire des combattantes. … et on me signale à l'instant que les fanas d'import qui avaient précommandé la bête viennent d'être retrouvés pendus avec un soutif géant...".

"L'info" est alors reprise par Libération lors d'un sujet sur les suicides collectifs au Japon. Le journal a depuis fait son mea culpa. Entre-temps (le 21 novembre), au JT de 20h sur France 2, un reportage consacré aux dramatiques suicides des jeunes nippons est introduit par des images de jeunes otaku (fans de jeux vidéo) dans leur milieu naturel - une immense salle de jeux - et il est fait mention de cette "anecdote" ( !). Puis France 2, par l’entremise de David Pujadas, dément le 29 novembre 2004, tout en affirmant que l’erreur vient d’un magazine asiatique anglophone !
Source : www.hoaxbuster.com

Note : Le journaliste de France2 a très certainement récupéré l'information sur Libération, n’ayant alors effectué aucune vérification.

10      Décapitation de Nick Berg, Les médias anglo-saxons abusés par un homme de 22 ans (13/08/04)

 

DiversUn américain de 22 ans, Benjamin Vanderford, a réalisé à son domicile une fausse vidéo, avec une caméra amateur, avec quelques amis. Il y est présenté comme étant otage d'un groupe islamiste irakien, demandant à ce que les troupes US se retirent. Puis viens le moment de la décapitation, suffisamment bien falsifiée pour que les médias la diffusent (au moins en partie) sur les chaînes grand publique, en la présentant comme une vidéo authentique. En fond sonore : des passages du coran, et des slogans islamistes [peut-être récupérés sur Internet]. En plus bien sûr de quelques litres de vrai-faux sang ! Quelques heures après la diffusion de la vidéo, Benjamin Vanderford, révèle le canular au FBI. Selon lui, bien que conscient que cette vidéo à pu choquer, notamment les proches de Nick Berg _ le premier homme à avoir été décapité en Irak par les extrémistes _, il souligne que son objectif premier était de prouver qu'il était extrêmement facile de manipuler les médias et l'opinion publique, se disant que quelqu'un aurait très bien pu falsifier les images de la première décapitation, et que si tel avait été le cas, dans quelle mesure s'en serait-on aperçu et quel chemin auraient alors prit les évènements ?
Source : http://www.m-r.fr/actualite.php?id=35

Et http://www.kerneronline.com/modules.php?name=News&file=article&sid=41

 

11      La betterave d'or, du rédacteur le plus bête / « par Issy-la-Rumeur »

 

Un plaisantin faisant suivre un courrier-chaîne, avertit que «dans un cinéma d'Issy-les-Moulineaux, une personne s'est assise sur quelque chose de piquant (...) elle a trouvé une aiguille plantée à travers le siège avec une note attachée disant "Vous venez d'être infecté par le VIH"» (+).

Des journalistes ayant propagés la rumeur, la fréquentation des cinémas locaux a alors baissé.

 

Pour la contrer, le maire André Santini et le service communication de la ville d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) ont proposé, le 10 juin, aux journalistes un nouveau concours: «La "betterave d'or" pour la rédaction la plus bête ».

La directrice de communication d'Issy pense que «ce canular est [la] version moderne d'une rumeur [qui] remonte à 1912, à l'époque, on disait qu'on était piqué dans les fiacres et dans les bus» (+).

En fait, c'est une vieille légende urbaine apparue d'abord au Canada, comme l’indique le site anti-rumeur : Hoaxbuster.
Le maire André Santini fustige «certaines rédactions» qui ont repris l'info sans réfléchir. «Plutôt que de se contenter de rapporter l'information, la presse serait bien inspirée de sensibiliser les internautes, en leur demandant ne pas transférer cet e-mail à leurs amis et connaissances et en répondant à l'expéditeur en rétablissant la vérité.».

Sources : http://www.zdnet.fr/actualites/business/0,39020715,2136035,00.htm

et http://perso.wanadoo.fr/patrick.madrolle/economie/_insulte.htm

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

12      le problème des comités de lecture des éditeurs d’ouvrages scientifiques (déc. 2004 …)

 

Malgré leurs compétences, les comités de lectures d’ouvrages scientifiques, peuvent aussi se tromper ou se faire abuser.

 

Chez Masson (Paris) :

 

1) En 1970, après avoir validé un livre sur « La logique binaire » de Monsieur Renée-Louis Vallée destiné aux électroniciens, le comité de lecture valide dans la foulée, un second ouvrage, beaucoup plus contestable, du même auteur (D), affirmant remettre en cause toutes les théories de physique fondamentale actuelles. En fait, cet ouvrage n’expose pas une théorie cohérente et vérifiée, mais juste un point de vue, tentant de se justifier par quelques équations d’électromagnétisme (F).

Les 2 seules expérimentations de la théorie _ celle de Francis Kovacs à l'UER de physique de Paris 7 et celle de M. Gréas, du laboratoire de Physique Théorique de l’Université de Lyon _ ne confirmeront pas les affirmations de M. Vallée. 

(Voir la suite de cette affaire, dans la page « La théorie Synergétique » et « Article de la Recherche », sur ce même site).

 

Chez les presses Universitaires de France (Paris) :

 

Paul COUDERC (1899-1981), astronome à l’Observatoire de Paris, un expérimentateur et un vrai scientifique, avait édité 2 excellents ouvrages rigoureux, l’un sur l’Astrologie (remettant en cause ses fondements scientifiques) (A), l’autre sur la Relativité (apportant en plus de l’exposé de la Relativité, l’exposé des justifications expérimentales de celle-ci) (C).

 

2) Pour une raison inconnue (peut-être lié au décès de Paul Couderc en 81), PUF remplace alors l’excellant ouvrage de Paul Couderc sur la Relativité, par un ouvrage sur le même sujet, de Stamatia MAVRIDES, bien plus mince sur la théorie, et supprimant l’exposé des justifications expérimentales.

Bien que cela soit des ouvrages très différents, PUF a pourtant utilisé le même n° de référence pour cette nouvelle version.

 

3) PUF a aussi remplacé l’ouvrage sur l’Astrologie, de Paul Couderc (classé dans la discipline « Histoire et théories des sciences »), par un ouvrage de Suzel FUZEAU-BRAESCH, docteur es science en Biochimie, sur le même sujet. Ce dernier ouvrage étant hautement contestable, par un contenu manquant de rigueur scientifique (ce dernier ouvrage étant classé d’ailleurs par PUF dans la discipline « ésotérisme », sous un nouveau numéro).

Thierry Lombry écrit « En fait, il est navrant de constater qu'il est encore possible au XXIeme siècle, dédié à la science et la technique, que l'ouvrage d'un éminent astronome soit remplacé, sans l'égaler, par celui d'une scientifique incompétente sur le sujet qui, de surcroît n'est même pas astrologue ! ».

Sources : http://www.astrosurf.com/lombry/astrologie.htm et http://www.zetetique.ldh.org/fb_parc.html

 

3) Dans la Revue américaine « Social Text » :

 

Le physicien américain de l’Université de New-York, Alan Sokal, fait accepter, en 1996, dans la revue américaine sérieuse « Social Text », un canular rédigé dans le plus pur style postmoderniste, suggérant une relation entre la mécanique quantique et le courant philosophique "postmoderne". Ce texte était constitué largement de citations et de paraphrases de certains des intellectuels français. Alan Sokal a révélé ensuite la supercherie dans la revue « Lingua Franca ». Puis, il a publié plus tard avec un physicien belge, Jean Bricmont, l'ouvrage "Impostures intellectuelles" exploitant de manière plus exhaustive le matériau intellectuel post-moderniste, qu'il avait commencé à réunir avant d'écrire sa parodie.

Source : http://peccatte.karefil.com/SokalBricmont.html

 

(A) L' Astrologie -  N° 508, Paul COUDERC, PUF, Collection Que sais-je ?, 1951.

(B) L' Astrologie -  N°2481, Suzel FUZEAU-BRAESCH, PUF, Collection Que sais-je ?, Mai 1995, 3e édition.

( C)  La Relativité – N° 37, Paul COUDERC, PUF, Collection Que sais-je ?, 1958

(D) La Relativité – N° 37, Stamatia MAVRIDES, PUF, Collection Que sais-je ?, 1990, septembre 2000, 4° édition.

(E) "L'Energie Electromagnétique et Gravitationnelle", René-Louis Vallée, Editions Masson, 1971.

(F) Michel de Pracontal : 'l'imposture scientifique en 10 leçons" édition la Découverte, 1er trimestre 2001, aborde le thème du "vide plein d'énergie" dans le chapitre "la science officielle tu conspueras", voir : http://www.prevensectes.com/impost1.htm

13      L’encyclopédie libre Wikipédia (5/12/04)

 

si les hommes comprenaient mieux les dangers que comporte l'emploi de certains mots, les dictionnaires, aux devantures des librairies, seraient enveloppés d'une bande rouge: 'Explosifs. A manier avec soin' André Maurois

 

Cette phrase placée en exergue, pour indiquer que le choix des mots, quelque soit l’ouvrage concerné, n’est pas en général anodin.

 

Sur Internet _ un espace de totale liberté _, l’information est totalement libre et souvent de ce fait, non vérifiée. Il faut alors faire le tri.  Par contre, en général, dans une encyclopédie, l’information est vérifiée.

 

Sur Internet, on trouve des encyclopédies payantes (Quid, Encyclopédie Universalis, Hachette … …), et d’autres gratuites comme Webencyclo  (www.webencyclo.com ), Wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil ) etc …

 

Les principes de cette dernière, Wikipédia, sont :

 

a) que tout le monde, sans exception, peut y placer des articles (ou ses articles) et rubriques, sur n’importe quel sujet,

b) que tout le monde peut mettre à jour les rubriques existantes,

c)  que tous les auteurs des insertions ou des corrections, conserveront toujours l’anonymat.

    (L’encyclopédie étant donc totalement anonyme pour ce qui est de ses auteurs … toujours inconnus).

d) Il n’y a aucun comité de lecture d’experts, pour vérifier ces contenus (voir l’article précédent de cette rubrique / chronique, sur « les comités de lecture »). La solution, pour la vérification des articles, est que des intervenants ultérieurs, toujours anonymes, feront ensuite, s’ils le désirent, ce travail de correction, s’ils estiment en leur fort intérieur que tel ou tel article doit être corrigé.

 

Sinon, Wikipédia affirme que les informations contenues dans Wikipédia sont crédibles, ainsi : 

« La question de la crédibilité de l'information est une question à se poser en permanence lorsque nous lisons un journal, écoutons la radio, regardons la télé ou lisons un article de Wikipédia. La seule différence avec Wikipédia, c'est que si vous trouvez quelque chose qui vous semble faux, vous pouvez le corriger immédiatement, et n'oubliez pas, un article c'est la version du jour plus son historique, [..] des milliers d'yeux et des milliers de mains essaient de faire leur travail honnêtement. ».

 

Même si la plupart des articles que j’ai lu dans celle-ci semblent en apparence crédibles, je fais a priori plusieurs objections méthodologiques à ces concepts ou principes. En effet :

 

  1. une information doit être vérifiée (si possible rigoureusement et scientifiquement) et elle doit être stable (à moins qu’une étude ultérieure sérieuse ne l’infirme après). Si à un moment donné, l’information donnée par  Wikipédia est vraie, et que quelqu’un décide, à un autre moment, que cette information est fausse, quand cette information sera-t-elle stabilisée un jour ? Comment et quand pourra-t-on s’y fier (par ex., pour préparer une thèse de 3° cycle etc …) ?
  2. Wikipédia accepte tous les sujets sans exception. Si oui, peut-on placer aussi, dans Wikipédia, et mettre à la disposition de tous et des tous petits, des recettes de poisons, de gaz toxiques, d’explosifs, de bombes ?
  1. Une erreur dans un article de Wikipédia peut ne pas être détecté tout de suite. Et dans l’intervalle, cette erreur peut être propagée sur le Web _ comme par ex. a) une erreur dans une composition chimique, b) l’erreur vue dans un documentaire passé sur France5, affirmant que le Suaire de Turin aurait peut-être été peint par Léonard de Vinci (1452-1519), alors que sa 1ère mention pourtant, l’a été dans un mémoire de l’évêque de Troyes, Pierre d’Arcis, mémoire écrit vers 1389 (document disponible à la Bibliothèque Nationale, Champagne, 154, f°137 …) [9]. Si les adminstrateur admettent cette faille, comment alors peuvent justifier et admettre qu’une encyclopédie puisse risquer de propager des erreurs ?
  2. Certains faux ont été difficiles à percer et leurs auteurs difficiles à retrouver _ comme dans le cas des « Protocoles des Sages de Sion » [7][8], des parchemins faux « Prieuré de Sion » déposés en 1975, à la Bibliothèque nationale, par Pierre Plantard [10], des « avions renifleurs », ayant abusé en 76 le président d’ELF de l’époque Pierre-Lucien Guillaumat, jusqu’à ce qu’un haut commissaire du CEA dénonce l’imposture. Or il faut un haut niveau d’expertise (d’historien … dans les 1er cas, de physicien dans le second cas …), pour percer ce genre d’imposture. Y aura-t-il assez de correcteurs suffisamment expert, surtout au bon moment, pour éviter que Wikipédia se fasse abuser et ne diffuse un canular ou une diffamation suffisamment subtile, pour ne pas être détecté tout de suite ?
  3. Des personnes dissimulées, sous un discours anodin ou « scientifiques », ne vont-elles pas profiter de cette précédente faille, pour, elles aussi, faire de la propagande de sectes ou pour des thèses fallacieuses, pseudo-scientifiques, négationnistes, … ?
  4. La démarche scientifique consiste justement à recouper, à vérifier les informations, à faire un vrai travail d’enquête, voire à remonter à une source d’information et à son auteur (pour connaître ses vraies intentions, la fiabilité et la qualité de ses sources, par ex.). Comment peut-on faire ce travail nécessaire, si les auteurs de tous les articles restent totalement anonymes (comme c’est la règle actuelle avec Wikipédia ) ?
  1. Une information, un fait scientifique, un fait vrai, n’est pas juste une information ou un article du jour, avec son historique, modifiable sans cesse. La vérité n’est pas à géométrie variable, évoluant au gré du temps, des humeurs, des opinions. C’est quelque chose d’objectif, de démontrable, vérifiable par des dizaines ou des centaines de vérifications rigoureuses (voire par plusieurs laboratoires indépendant suivant les même protocoles expérimentaux) (+).

 

Source :  « Encyclopédies libres : après le « fast-foot », le « fast-science » » Charly Hebdo, 5/12/04.

WIKIPEDIA a déjà répondu à cet article de Charly Hebdo, sur son site. Voir sa réponse à ce lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Revue_de_presse/Charlie_Hebdo#Droit_de_r.C3.A9ponse_.C3.A0_l.27article_de_Guillaume_Lecointre 

Wikipédia, par l’intermédiaire, de Guillaume Blanchard (Aoineko), a déjà répondu à mon article. La voici à ce lien, ci-dessous :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Le_Bistro#Question_de_m.C3.A9tholgie_pour_Wikip.C3.A9dia

 

[7] Histoire d’un mythe, Cohn N., Gallimard, Paris, 1967.

[8] Protocoles des sages de Sion: un faux et ses usages dans le siècle, Pierre-André Taguieff, Berg International, 1992

[9] Miracle ou Imposture, L’histoire interdite du « suaire » de Turin, Paul-Eric Blanrue, Golias, 1999.

[10] Enquête sur les sources de «Da Vinci Code», Marie-France Etchegoin (Nouvel Obs, jeudi 9 septembre 2004 - n°2079)

 

(+)  La vérité scientifique n’est pas "relative". Elle n’est "relative" que par rapport à des conditions dans des intervalles d'incertitudes.

L'univers est profondément cohérent, suivant des lois mathématiques qui sont les même partout dans l'univers et dans le temps.

Les lois de la physique, de la chimie, sont structurellement stables dans le temps et l'espace, que cela soit à Pékin, New-York, Tokyo. Elles sont et restent valables, y compris dans la galaxie d'Andromède (vérifiable par les raies spectrales provenant de toutes les régions de l'univers. Ces raies prouvent qu’on retrouve toujours les mêmes molécules partout dans l'univers. Les observations des mouvements des étoiles lointaines, par les grands télescopes dont Hubble, montrent qu’on retrouve les mêmes lois pour le mouvement des planètes ou des étoiles dans les systèmes lointains, que dans notre système solaire ...).

Leur vérification, du temps de Newton et maintenant, montre qu’elles sont toujours les mêmes, du temps de Newton et maintenant.

Une théorie scientifique ou un fait scientifique expérimental sont vrais, si elles sont vérifiés par les même protocoles expérimentaux que cela soit par une équipe à Pékin, à Paris, à New-York. Avec les mêmes conditions expérimentales (et dans les mêmes fourchettes d'incertitudes), on doit retrouver les même résultats expérimentaux partout, pour qu’on considère partout qu’une loi est vérifiée. Alors elle admise comme une « vérité » par rapport à ces conditions, par la communauté scientifique.

Ces lois n’ont rien à voir avec des questions de conviction, de désir, d’opinion, et même de lieu géographique sur la Terre, du moment choisi, que cela soit dans le passé, le présent ou l’avenir sur la Terre.

 

(++) On ne peut mettre sur le même plan la théorie mendélienne _ elle vérifiée scientifiquement _ et la théorie de Mitchourine reprise par Lyssenko vers 1950, sous Staline _ elle non vérifiée. Et la conviction communiste de l’époque que l’une est plus vraie que l’autre ne suffit pas à dire laquelle est vraie.

Sinon, la médecine tibétaine Amshi, basée sur la théorie des « humeurs », des « biles » … et la médecine scientifique ne peuvent être mises, non plus, sur le même plan. Les conceptions de l’une sont démontrées rigoureusement. Tandis que la « la conception des humeurs, des biles, des chakras, des « énergies » … » de l’autre n’a pas été démontrée scientifiquement.

Une « vérité scientifique » n’est pas une question de conviction.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>