Pour la réouverture des maisons closes

(pétition pour ...)

 

 

            On pourrait imaginer une maison où les prostituées et les clients se sentent bien, un lieu chaleureux, où le client puisse combler son besoin d’affection et de tendresse.

Un endroit plein de polissonneries, aux murs couverts de tentures ou de velours rouges ou couleur cramoisie, de beaux tableaux ou de statues coquines de naïades, avec un beaux hall d’entrée, disposant d’un majestueux escalier tout en bois couvert de profonde moquette, avec une belle rampe comme celle du Titanic, de nombreuses banquettes où se pressent de nombreuses prostitués en crinolines ou frou-frou ou porte-jarretelles.

            On pourrait imaginer un bar, munis de profonds et vastes fauteuils ou banquettes, bar servi par de tendres play-girls ou « soubrettes » dans le style boule-de-suif ... ou un cabaret, lieu de french-cancan et de danses joyeuses.

 

On pourrait imaginer des chambres aux profonds et grands lits ronds, droits ou à matelas d’eaux, ou encore à baldaquins, ou de style Louisiane, couverts de draps de soies, de broderies, au décors extravagants en style nouilles ou rococo, aux plafonds couverts de verrières en vitraux et des glaces, éclairées de lumières tamisées, de lampes en pâtes de verres ou au contraire de lampes modernes au sodium, cadmium, laser, light-shows ... bercées de douces musiques classiques _ King Arthur de Purcell _ ou modernes _ Johnny Halliday, musiques électroniques, technos ...

            On peut imaginer de multiples variantes pour la décoration de ces chambres : le style opérette, Napoléon III, ou encore des décors tropicaux, balinais, esquimaux ...

            Un lieu d’initiation des jeunes garçons complexés ou peu dégourdis. Un lieu pour revivre une époque, et des lieux de charme disparus [1].

 

__________________________________________________________________

 

            Mais peut-on rire d’un sujet sérieux ? Alors, abordons-le sérieusement.

 

            D’abord, sans hypocrisie, ne nous voilons pas la face, devant le sort, peu enviable voire « sordide », réservé actuellement prostituées en France [1] [1][2].

 

            Actuellement en France, il y a 10000 à 150000 prostitués, dont 95 % sont dépendant des 15000 proxénètes français (source Le QUID).

 

            Donc, pour palier au problème, pourquoi ne pourrait-on pas envisager la réouverture des maisons closes ?

 

            Ainsi, les « belles de nuits » bénéficieraient de la sécurité de l’emploi, d’un toit, au chaud. Elles n’auraient plus à vivre dans les lieux glauques et froids, dans des bois, le long des allées forestières, sous des portes cochères ou dans des camionnettes ou dans des chambres crasseuses et miteuses.

 

Elle seraient salariées, disposant d’une fiche de paye légale, provenant d’une société commerciale, possédant un statu et une raison sociale légale. Elles auraient un employeur déclarée. Un contrat de travail clair serait passé entre cet employeur et les employées, stipulant le salaire, les horaires, le nombre maximum de clients vus (nombre peut-être défini par la loi), de nombreuses conditions etc ...

Sinon, les prostituées pourraient aussi professer en profession libérale. Elles auraient alors le statu d’artisan, tout comme les psychologues ou les infirmières.

 

Pour assurer la sécurité sanitaire, des visites médicales hebdomadaires, des prostituées, seraient effectuées par des infirmières diplômées ou des médecins, habilités par l’inspection sanitaire, sur leur lieu de travail. Si elles le préfèrent, les prostituées pourraient aussi se rendre au cabinet médical de ces infirmières et médecins.

Le renouvellement, par l’inspection sanitaire de l’agrément administratif du lieu d’exercice de la profession _ la maison close ou l’Eros Center _ , serait conditionné par le résultat positif du contrôle sanitaire régulier, de toutes les employées péripatéticiennes de l’établissement.

L’établissement devra être équipé d’une infirmerie ou au minimum d’une pharmacie.

Les prostitués en profession libérale devront, elles aussi, se soumettre à un contrôle médical régulier, pour obtenir le renouvellement régulier de leur agrément.

            Lors de ces contrôles médicaux, les péripatéticiennes devront être munies de les cartes d’identités ou passeport et de leur cartes d’agrément _ c’est à dire celle leur donnant autorisation de professer.

Au moins une fois par an, elle devront se rendre seules, munies de les cartes d’identités ou passeport, auprès d’une assistance de l’inspection sociale, pour un entretien individuel, pour aborder le sujet de leurs conditions de travail. Cela se déroulerait hors du lieu d’exercice de leur profession (elles ne devraient être accompagnées d’aucune personne de l’établissement, pouvant faire pression sur elle).

 

            Il y aura obligation pour la société employeur et gestionnaire de l’établissement hôtelier, de respecter, toutes les normes les plus récentes au niveau hôtelier, en manière d’issue de secours (libres avec signaux d’alarmes), de sécurité anti-incendie _ détecteurs de fumée, Sprinklers ..._.

            Les fenêtres sur l’extérieur et la porte d’entrée devront pouvoir être ouvertes sans restriction, par la « professionnelle de l’Amour », utilisant la chambre.

            Cette dernière doit pouvoir sortir sans restriction de l’établissement, même pendant les heures de travail, si nécessité médicale, familiale, policière...

            La sécurité des femmes, face à tout « déséquilibré », doit pouvoir être assuré par la présence de vigiles dans l’hôtel. Ces vigiles doivent faire partis de sociétés privées de gardiennage habilitées par la police. Ces gardes doivent pouvoir être appelées, sur simple appel de la prostituée _ par bip porté au poignée, sur appel par Interphone présent dans la chambre, par une télécommande etc...

            Le respect de la vie privée doit être respectée, pour tous que cela soit pour le client et pour la péripatéticienne.

            Tout fichier des prostitués auprès de l’inspection sanitaire et sociale doit être soumis à la loi sur l’informatique et la liberté.

            Si une caméra vidéo est placée dans la chambre, elle doit être placée à l’entrée et aucun enregistrement ne doit être effectué.

Si la loi autorise des enregistrements de contrôle des clients, le support d’enregistrement doit être effacée chaque soir. L’effacement doit effectuée, de façon automatique, par les équipements utilisés pour effectuer les enregistrements. Cette fonction d’effacement doit se déclencher de façon quotidienne et ne peut être débrayée, par un employé de l’établissement.

            Sinon, les équipements d’enregistrement seront alors fournis par la Police (et uniquement par elle). Ces dispositifs seront « plombés » comme certains équipements professionnels, ne pouvant être ouverts que par les techniciens de la Police. Les enregistrements ne pourront être utilisés que sur commission rogatoire. Les « plombages » des appareils seront régulièrement vérifiés par ces techniciens. 

            Un portail magnétique, contrôle en permanence par les vigiles, devra être placé à toutes les issus vers l’extérieur de l’établissement.

 Aucun instrument contondant ne doivent circuler à l’intérieur de l’établissement (les couteaux, tout ce qui peut servir d’arme _ tournevis .... _ doivent être remis au vestiaire). Si un restaurant existe, les couteaux doivent être aux bord ronds, à dents, non aiguisés. Les dents des fourchettes devront être très courtes, faire moins d’un 1 cm.

            Tous les locaux techniques, cuisines, infirmerie, ... devront être accessibles uniquement par les personnes de l’établissement habilités et verrouillés. La liste des personnes habilités et des clés devra être remis aux services de Police.

            Le financement de l’établissement doit être transparent et pouvoir être régulièrement contrôlé par l’inspection des impôts. Les prix des prestations doivent être fixes, affichés à l’entrée de l’établissement.

 

            Ce ne sont que des propositions.

 

            D’autres propositions pourraient venir d’états généraux, réunis pour discuter de ces questions, rassemblant des professionnelles du plus vieux métier du monde, (à défaut des clients), des juristes, médecins, députés, policiers de la mondaine et autres.

 

            On pourrait aussi consulter les pays d’Europe du Nord, concernant les solutions ou/et lois ayant été retenues ou promulgués, chez eux.

 

Benjamin LISAN

 

[1] Les Ritals, de Cavanna, Belfont.

[2] La Dérobade, Jeannine Cordelier, Livre de Poche, 1975.

[3] La Punition, Xavière,Christian Bourgeois, 1971, publié en collection Librio.

 

 

Voici ce que j’écrivais sur cet article et sujet, à un ami, le jeudi 13 octobre 2005 :

 

Pour les maisons closes et surtout le sujet de la prostitution, ce sont des questions difficiles. Pour moi, l'enfer est pavé de "bonnes intentions", dans tous les sens, que cela soit :

 

a) dans le sens du point de Madame Anne Hidalgo ou dans celui des suédois, qui veulent interdire la prostitution (comme M. Nicolas Sarkozy, mais peut-être pas pour les même raisons),

 

b) ou dans le sens contraire d'autoriser les maisons closes _ pour éviter que les prostituées soient des victimes en tout genre _ des « macs » (« souteneurs »), des déséquilibrés pouvant les agresser dans la rue, (voire de la police). Elles sont souvent aussi des victimes économiques (certains n'ont aucun diplôme, aucun bagage, d'aucune sorte, sans argent, biens, ressources, SDF ...) etc ..

 

Le remède peut être parfois pire que le mal :

 

on le voit, par exemple, depuis les derrières mesures Sarkozy, les femmes prostituées étant alors obligées de rentrer dans la clandestinité, pour éviter de se faire arrêter par la police, se faire mettre en prison ou récolter de lourdes amendes (plus de 1000 € à chaque fois) ... et leur statuts est devenu _ en tout cas pour celle de la rue _ encore plus précaire, plus terrible ...

 

Ces maisons closes peuvent être aussi un lieu d'investissement  de patrons véreux et de maffiosi (et de blanchiment d’argent) ... Il faudrait alors enquêter sur les investisseurs des Sociétés Anonymes, SARL etc ...  derrières les chaînes de maisons closes aux Pays-bas et Allemagne. Est-ce un capitalisme normal ?. En tout cas, il ne faut pas être naïf ... sur ces investisseurs.

 

Dans tous les cas, je me méfie du point de vue purement "moral", car qui sommes nous pour juger sans savoir ... en disant c'est « sale » ? Une relation sexuelle (ou l'acte) est souvent, lors de sa réalisation,  de la "mécanique plaquée sur du vivant".

Quand il y a de l'amour, on dit que c'est beau, et dans le cas contraire, on affirme que c’est quelque chose de « sale », « laid », vénal ... Méfions nous des visions réductrices ... La limite, entre les deux, peut ne pas toujours être aussi claire.

 

Regarde, par exemple, le cas du Pape J-Paul II avec les préservatifs. Il déconseille l'acte et les préservatif et prône l'abstinence (plus beau, plus pur moralement, à ses yeux et pour bons nombres de catholiques).

 

Mais dans la réalité, prôner l'abstinence est irresponsable. Comme en Afrique, au regard de la pandémie de SIDA ... Et de plus, c'est méconnaître la faiblesse de l'homme ou l'ignorer volontairement.

 

Rien n'est simple sur le dossier de la prostitution.  Et il faudrait trouver "le moindre mal", au niveau des solutions, à défaut de trouver la meilleure solution.

 

Benjamin



[1] Etat d’esclavage, de violences, de brutalités du fait des proxénètes, risques d’agressions, voire de meurtres de la part des clients ou de proxénètes, ramassages réguliers par les paniers à salades, multiples amendes rendant leur réinsertion encore plus difficiles. Cet état de fait reste encore inchangé en l’an 2000.